No woman's land

27 août 2015

La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil – Joann Sfar

Classé dans : Cinéma — nowomansland @ 18 h 58 min

Je n’ai pas aimé ce film stop – n’y allez pas stop – c’est un piège stop – je vous aurai prévenu stop.

Alors déjà le titre… ça commence mal, je ne m’en souviens jamais. À quelque chose près « la dame à lunettes dans la voiture avec un pistolet » (réalisé sans trucage). Bon disons que le décor est planté.

L’affiche ensuite me plaisait vraiment : accrocheuse par son titre en grosses lettres rouges qui prennent la moitié de la place et cette grande femme (avec un fusil !) au petit air hitchcockien avec des jambes interminables, le tout dans une ambiance rétro. En bref : du sexy classe, du mystérieux et peut-être du sang. Alléchant, non ?

La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil de Joann Sfar

Et puis Joann SFAR, tu te dis que ça va envoyer du lourd.

Enfin, tu creuses un peu et découvres qu’il s’agit d’une adaptation d’un bouquin du même nom d’un certain Sébastien Japrisot que je ne connais pas mais semble avoir fait ses preuves. D’ailleurs les critiques de son bouquin sur fnac.com sont relativement bonnes.

Le tour est joué, je m’installe au cinéma dans un fauteuil rouge et moelleux, la salle est petite avec peu de monde : c’est encore mieux.

Le film commence, une ambiance singulière s’en dégage, des personnages énigmatiques apparaissent sur la toile, on comprend rapidement que tout va se jouer autour de cette maaaaagnifique graaaaaande rousse un peu naïve de prime abord (mais de second abord aussi). J’adore ! J’en veux encore !

Pourquoi je n’ai pas aimé ce film ?

Bim ! Très rapidement, c’est le drame : une lente dégringolade vers l’ennui se profile, mes premières impressions (bonnes) laissent place à la circonspection, au doute, je baille, j’ai mal aux fesses, le film dure combien de temps déjà ??

S’il y a du suspens, cela ne tient pas la route, frôlant parfois le ridicule, les scènes se succèdent avec des personnages aux attitudes caricaturales. On s’interroge : « mais où nous emmène t-on ? ». Enfin, arrive le dénouement censé nous délivrer de ce long supplice interrogatif.

Paf ! Après avoir assisté à la lente progression d’un soufflé au four, bien gonflé, prêt à être dégusté, celui-ci se ratatine comme une vieille crêpe ! Fin de l’histoire.

L’épilogue se déroule sur 30 secondes avec des explications amphigouriques, c’en est presque grotesque.

La dame aux grandes jambes aurait mieux fait de ne pas emprunter l’auto ce jour-là…

Mais ce n’est que mon avis ! 

La Dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil de Joann Sfar (bis) Ressenti de mon chat

Classé dans : Cinéma — nowomansland @ 19 h 08 min

Avant tout, je dois confesser que sans être un fan absolu, j’apprécie plutôt les différents travaux de Joann Sfar. Mais là…

Deuxième adaptation cinématographique du roman primé de Sébastien Japrisot (après celle que je ne connais pas d’Anatole Litvak en 1970), ce film de Joann Sfar m’a décontenancé.

Si l’esthétique de l’ensemble est indéniable, cela ne suffit pas à faire un film. L’intrigue est basique : on suit les pérégrinations vers le Sud de la France de l’héroïne, Dany (interprétée par l’actrice à la plastique avantageuse Freya Mavor), qui veut voir la mer et dont on peut s’interroger à l’occasion sur la santé mentale. Plus le film avance, moins l’on perçoit comment le réalisateur va pouvoir se dépatouiller pour conclure son film. Et malheureusement, une fois le film terminé, je n’ai pas le sentiment qu’il y soit parvenu.

En effet, la conclusion sous forme de révélation s’avère très conventionnelle (manipulation dans l’espoir de maquiller un meurtre), pleine d’invraisemblances et paradoxalement dénuée de réelle surprise pour le spectateur. De plus, cette conclusion est expédiée en 3 minutes chrono, comme si le budget du film avait été insuffisant pour boucler le tournage…

Ma plus grande surprise eut d’ailleurs lieu pendant le générique de fin, lorsque je m’aperçus qu’un des seconds rôles (celui d’Anita) était tenu par Stacey Martin, une très bonne amie de collège de ma sœur. Lorsque le seul étonnement intervient à ce moment et pour cette raison-là, cela signifie que Joann Sfar et moi ne sommes pas parvenus à nous rencontrer autour de cette adaptation.

Néanmoins, et je l’en remercie, il a éveillé en moi le désir de lire ce roman de Sébastien Japrisot aux très bonnes critiques, notamment afin de mieux comprendre le décalage entre ces dernières et mon ressenti (ma déception) en sortant du cinéma.

25 août 2015

Tatoueurs tatoués au Musée du Quai Branly

Classé dans : Sorties culturelles — nowomansland @ 16 h 37 min

S.O.S. Bonheur de Jean Van Hamme

Classé dans : 9ème art (BD) — nowomansland @ 16 h 37 min

S.O.S. Bonheur

s.o.s-bonheur-edition-integrale-2841332-250-400

D’actualité, en ces temps de crise… Et pourtant, cette BD d’anticipation a été écrite pour l’essentiel en 1980, et destinée à l’origine à la télévision. Ces histoires de pure fiction apparemment indépendantes s’entremêlent dans une conclusion savoureuse, surprenante et terriblement cynique. La puissance de cette oeuvre du scénariste Jean Van Hamme (qu’on ne présente plus, XIII, Largo Winch, Les Maîtres de l’orge, Thorgal, …) tient dans le fait que certains éléments de l’intrigue ont été rattrapés par la réalité, qui a même sur d’autres points dépassé la fiction. Servi par un dessin brut et détaillé de Griffo, ….

Cake Ultime au citron

Classé dans : Cuisine — nowomansland @ 16 h 36 min

Habituellement, ce genre de dénomination peut prêter à sourire : en effet, qui va intituler sa recette « Cake en carton (et au citron) » ? Mais pour une fois, la dénomination est à la hauteur du résultat. Un cake simple et rapide à réaliser, et qui a comblé mon ex au point qu’il ne souhaitait plus s’alimenter que de cela (non, il n’est pas excessif du tout !).

Voici donc la recette et une photo (mon ex trouvait le mien bien plus joli, mais ce n’est pas l’objectivité qui l’étouffe…), ainsi qu’un lien vers le site où j’ai déniché cette merveille.

Recette du cake ultime au citron :
- 200g de sucre (il n’y a qu’avec cette quantité que le cake fonctionne et cela équilibre le citron)
- 120g de beurre fondu
- le zeste d’un citron jaune
- 165g d’œuf
- 150g de farine
- 80g de jus de citron
- 1 demi cuillerée à café de levure chimique
 
Glaçage :
-  25g de jus de citron
-  130g de sucre glace

IMG_9739

Préchauffez votre four à 170°C.
Faites fondre le beurre au four à micro-ondes ou au bain-marie. Versez le sucre dans un bol avec le beurre et le zeste d’un citron. Mélangez sommairement le beurre fondu avec le sucre. Ajoutez les 165g d’œuf, en gros 3 œufs moyens. Ajoutez la farine et la levure chimique. Et enfin le jus de citron. Versez la pâte dans un petit moule à cake de 160x80mm légèrement beurré. Si vous utilisez un moule plus grand, il faudra faire plus de pâte, la seule chose à respecter est que celle-ci doit arriver aux 3/4 de la hauteur du moule. 
Enfournez et laissez cuire 30 à 40 minutes. Le gâteau doit être légèrement doré, pas trop gonflé. Vérifiez qu’il est cuit à l’intérieur en plantant un pique à brochette ou une lame de couteau qui devra ressortir sèche. Démoulez-le à l’envers sur une grille. Emballez-le immédiatement de film étirable pour qu’il conserve toute son humidité. De cette manière, il gardera sa texture moelleuse et ferme à la fois. Laissez le cake refroidir totalement dans son emballage.
Quand il est à température ambiante, préparez le glaçage en mélangeant le sucre glace avec le jus de citron. Déballez le cake puis versez le glaçage. Mettez bien sûr une assiette en dessous pour récupérer l’excédent. Avec un couteau ou une spatule, lissez le nappage pour qu’il tombe de tous les côtés et surtout pour qu’il soit fin. 
Remettez le cake sur sa grille au four à 100°C pendant 8 minutes pour sécher le glaçage. Si vous touchez le cake à ce moment, il doit être soyeux au toucher: le glaçage est bien sec et très doux. 
Laissez-le refroidir puis dégustez en petites tranches…

http://www.lacuisinedebernard.com/2013/10/le-cake-ultime-au-citron.html

12

Mes impressions de lecture |
Taqbaylitiw |
Debauchesetperversions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Labiblio2vivi
| 2074
| Site officiel de René Gouic...